Nos promenades

Vous pourrez découvrir notre entité grâce à de nombreuses promenades proposées.

Curiosités

Lontzen

Lontzen, ses prés fleuris, ses haies d’aubépines se mirant dans ses étangs et ses cours d’eau serpentant dans un paysage verdoyant, sa mosaïque de sentiers et de chemins : autant d’éléments qui invitent le visiteur à la promenade, dans la quiétude d’un cadre préservé où l’alternance des saisons ne fait qu’ajouter au charme de l’endroit.

Au IIe siècle – d’après les vestiges découverts – des tribus celtes y ont habité. Ensuite, Lontzen a fait partie de l’Empire carolingien. Dans une charte datant de 1076, Henri IV définit les grands axes de la politique dans les prévôtés de Walhorn, Lontzen et Mesch, et plaça celles-ci sous la tutelle du prieur de l’Église de la Vierge et Mère Marie.

L’acte de donation de la région de Lontzen à la Cathédrale d’Aix-la-Chapelle annonça le début de la paroisse organisée. La Chapelle de St-Hubert (1328) était le berceau de l’église paroissiale actuelle (1768-71). à Lontzen-Busch se trouve la Chapelle Ste-Anne datant du XIIIème siècle.

Le vieux Château, restauré en 1986 après l’incendie de 1972 et qui mérite incontestablement le détour, se dresse encore aujourd’hui au milieu de nombreuses fermes anciennes en pierre bleue du pays. Y furent ajoutées au fur et à mesure des habitations modernes s’intégrant dans ce cadre de fermes typiques et de bâtiments témoins d’une histoire multiséculaire. Lontzen se trouve sur le tracé de la route des châteaux.

Reconstruite en 1770, l’Eglise St-Hubert est incontestablement le fleuron architectural du village. Elle est richement décorée de peintures restaurées en 2012 – 2013.

Parmi les autres points d’intérêt, signalons aussi la Maison Blanche et les traces du passé minier à plusieurs endroits.
Lontzen dispose aussi d’un musée local (Dorfgeschichtliche Sammlung), ouvert tous les 1er et 3e dimanches du mois, de 14h00 à 15h30 ou sur rendez-vous. Vous y découvrirez Lontzen et Herbesthal sous toutes leurs facettes.

Herbesthal

Herbesthal faisait partie jadis – avant son rattachement à la Prusse en 1816 et à la Belgique en 1920 – du Duché de Limbourg par le ban de Baelen.

Par sa gare internationale et frontalière (1848) le village connut un essor rapide : installation de postes de douanes, d’agences commerciales, de transports internationaux, d’entreprises nombreuses, de magasins, d’un gazomètre, d’écoles, d’une maison communale et d’un bureau de poste.

1965 mit fin à cette période faste: la gare changea de place et les beaux bâtiments d’antan devinrent 1983 la proie des pioches et des bulldozers.

L’Administration communale s’est efforcée depuis de redorer le blason du site : s’y trouvent de nombreux témoins et aménagements rappelant le passé ferroviaire, ainsi qu’un tracé Pré Ravel reliant Herbesthal aux promenades vers Lontzen et Walhorn.
De l’autre côté du chemin de fer, le parc autour de l’ancienne forge invite à la pétanque et à la détente.

De 1890 à 1901, la population catholique a vu ses efforts récompensés par la construction d’un lieu du culte grâce à une « Fabrique d’Église » active. En 1903 Herbesthal devenait une communauté autonome avec une chapelle, et en 1912 elle fut érigée en paroisse.

L’Église (1905) – d’après les plans de l’architecte Busch d’Aix-la-Chapelle – est de style néo-gothique avec un autel du sculpteur Wachtendonck.

Walhorn

Walhorn (ou auparavant Harna) : dans ce village champêtre perdu au milieu de la nature; tout est invitation à des promenades agréables et paisibles. On y découvrira aussi des traces du passé minier comme le Luisenstollen à la Fossey.

Mentionné dès 888 dans une charte de Lothaire II à la Cathédrale d’Aix-la-Chapelle, « Harna » devint « maison royale ou séjour du roi », jusqu’à ce que Henri IV fit don de l’avouerie à la Collégiale Ste-Marie d’Aix en 1072.

Du XIIème siècle à 1815, Walhorn était « chef ban » du Duché de Limbourg
avec une cour de justice dont les condamnés étaient exécutés à la potence du Johberg. En 1803, Walhorn fut intégré dans le canton d’Eupen ; 1815, il fut rattaché à la Prusse, et en 1920 à la Belgique.

Du Xe au XVIllème siècle, Walhorn fut paroisse mère avec une église primaire « propre». Petite chapelle du temps de Charlemagne, Walhorn eut droit à sa première église au Xème siècle, remplacée vers 1100 par une église romane (voir bas de la tour, meurtrières, fonts baptismaux).

Au XIVème siècle, église gothique (choeur) puis restauration baroque de 1724-1725. Chapelles : Ste-Brigida (Merols), St-Jean (Astenet), Ste-Catherine de Sienne (Astenet), St-Quirin (Rabotrath), Notre-Dame des 7 Douleurs (Lindchen), Notre-Dame de Banneux (Johberg), Institut Ste-Catherine, Calvaire au Johberg, Sacré-Coeur au centre du village, croix anciennes le long des routes et au cimetière.

Fermes et châteaux : Crapoel, Château Thor, Mützhof, Neuhaus, Himmelsplatz, Kirchbusch, Carnol, etc.

Industries : laiterie, carrières de pierre calcaire, bois.

Remarquable et classée, l’Église St Étienne vaut le détour dans un centre de village bien mis en valeur. Dans l’ancienne Maison communale se trouve le Centre d’histoire locale.

Sentier de randonnée

1. Circuit rouge – 4 km – Lontzen-Rabotrath

Quittez le centre de Lontzen, passez devant l’église St.Hubert (1770) et dirigez-vous vers le château de Lontzen qui trouve son origine au 14ème siècle et a été fréquemment réaménagé pour trouver sa structure définitive au 18ème siècle. Il a été reconstruit après un incendie dans les années 70. Ses dépendances sont remarquablement conservées. À hauteur du château, on emprunte un chemin creux classé en franchissant la ligne de chemin de fer Liège-Aix-la-Chapelle. Avant d’arriver à Rabotrath, un point de vue remarquable permettra de découvrir à l’horizon les Fagnes, Henri-Chapelle – point culminant du Pays de Herve – et le site des Trois Frontières – point culminant des Pays-Bas. À hauteur de la table d’orientation se trouve une des prairies calaminaires les plus remarquables de la région. On y découvre plusieurs variétés de plantes calaminaires dont la pensée calaminaire. À la sortie de ce site se trouvent, en face, les lavoirs des anciennes installations minières de Rabotrath connues dès le Moyen Age. À l’entrée de Rabotrath, la chapelle St-Quirin est vénérée par les agriculteurs. On traverse ce hameau agricole pour s’engager dans le Breberesweg puis longer la ligne de chemin de fer et s’engager dans un tunnel pour revenir à Lontzen par les prairies. Ce tunnel abrite une colonie de chauves-souris Myotis myotis ou Grand murin. À la sortie du tunnel à gauche se trouve une très jolie roselière classée Natura 2000.

2. Circuit jaune – 7 km – Lontzen – Lontzen-Busch – Donnerkaul

Quittez Lontzen et rejoignez la Fleuscher Gasse au bout de laquelle vous vous engagez dans la Hellendergasse puis dans un chemin creux qui vous amène dans le quartier de la Drève Rouge à Herbesthal. Bifurquez à droite vers la ferme Honien qui abrite un superbe gîte à la ferme. De là, poursuivez dans le réseau des sentiers et chemins très présents dans cette partie de la commune. Arrivés à Lontzen-Busch, vous pourrez découvrir la chapelle Ste-Anne et son remarquable retable brabançon (15ème siècle). La promenade se poursuit dans la Rue du Moulin, le Chemin de la Pierre Meunière et enfin dans la Rue du Bois au fond de laquelle se situe le point le plus bas de Lontzen, le long du Lontzener Bach. Remontez vers le site de l’ancienne carrière de Donnerkaul par un chemin bucolique puis retour à Lontzen par la Rue Marie-Thérèse en découvrant plusieurs fermes anciennes en pierres du pays. À l’entrée de Lontzen, on peut s’arrêter devant le bâtiment minier de la Vieille Montagne, construit en 1907 et aujourd’hui transformé en logements tout en ayant conservé intégralement sa structure extérieure.

3. Circuit vert – 9 km – Lontzen – Lontzen-Busch – Rue Verte – Schmalgraf

Au départ de Lontzen, allez vers la Rue de Limbourg et la Fleuscher Gasse. À hauteur des installations du club de football, bifurquez à droite pour s’enfoncer dans un superbe chemin creux dont les flancs sont percés de nombreux terriers de blaireaux. Arrivés à Lontzen-Busch, une croix devant un étang commémore la mort d’un jeune homme par noyade en 1818. Après 50 m de parcours, empruntez un autre chemin creux qui aboutit au lieu-dit Wauw sur la Rue Verte. Suivez celle-ci jusqu’au croisement avec le Chemin du Duc qui est à emprunter jusqu’à Schmalgraf. Ici se trouvait jusque dans les années 30 une exploitation minière. C’est un paysage intéressant du point de vue écologique (étang, prairie maigre calaminaire, halde …). À hauteur de la chapelle de 1732 dédiée à la Sainte-Famille, bifurquez vers la droite pour emprunter un autre chemin creux qui mène en forte pente au Lontzenerbach. Retour vers Lontzen par une autre voirie agricole puis un tronçon de la Rue du Bois et la Rue de la Pierre Meunière et la Rue de l’École. Ce circuit permettra de découvrir de nombreuses fermes isolées, en activité ou transformées, et de passer par de nombreux chemins oubliés et restaurés par le S.I. ces dernières décennies.

4. Circuit brun – liaison avec le centre de Herbesthal

Partir du site de la gare de Herbesthal ou du parc à hauteur de la Vieille Forge. La liaison pourra se faire avec les trois circuits rouge, jaune et vert qui partent du centre du village de Lontzen.

5. Parcours bleu: 4 km Parking Astenet (Chapelle St Jean Baptiste)

Départ : au niveau de la chapelle, traversez la rue et franchissez la petite barrière en fer. Vous vous trouverez sur la G.R. n° 5 (Amsterdam – Nice). Suivez la haie en direction du pont sur le chemin de fer. Un petit sentier mène au pont. Prenez là à gauche, puis tout droit. Au petit passage sous le chemin de fer, suivez le chemin. Traversez ensuite la prairie, puis un petit bois et descendez les escaliers. Après quelques mètres, vous arrivez au passage à gauche. Vous êtes à la « Hammerbrücke », dans la superbe vallée de la Gueule. C’est un endroit d’une grande signification historique qui est devenu un monument du souvenir.
De là, après 250 mètres toujours tout droit, vous arrivez à la Galerie Louise. C’est d’ici qu’étaient acheminés de la mine de Fossey de 1878 à 1923 les wagonnets chargés de minerais de calamine. Un peu plus loin, à droite, un petit portique vous mène à un monticule, puis par un tourniquet vers le LINDENGRABEN, marqué d’une PENSÉE CALAMINAIRE. Poursuivez votre randonnée par le sentier qui sillonne ce petit bois idyllique jusqu’à la route. Traversez-la et empruntez un peu plus loin à droite le chemin qui longe la rue, jusqu’au bout. Poursuivez jusqu’ à la dernière maison, vous traversez et allez à gauche jusqu’au bout de la rue. Restez sur le même côté jusqu’à la dernière maison. Traversez ici et retrouvez le lieu de départ.

6. Parcours orange – 9 km – Parking Walhorn (Place des Carolingiens)

Direction Sacré Cœur et Rue de Merols. Un peu plus loin à droite, jolie croix en pierre ancrée dans un grillage en fer forgé. À droite, vous traversez un chemin creux idyllique, la LANGGASSE. Après l’échalier, allez à gauche jusqu’au chemin étroit. Puis, montez le sentier jusqu’à la 12e station du chemin de croix. À gauche, vous découvrez une partie d’un pilier de l’ancienne potence (1626-1798). Le tribunal scabinal de Walhorn avait droit de vie ou de mort. Ici, descendez la rue, au virage à gauche. Au carrefour, prenez à droite et traversez le pont sur l’autoroute, puis à droite. C’est ici qui se trouve le tracé souterrain du TGV. À la sortie du tunnel, prenez à gauche par le bois un bout de chemin puis montez à gauche le chemin suivant jusqu’au pont du chemin de fer. Prenez vers la gauche la petite rue qui mène à FOSSEY où se trouvent les puits de mine principaux de la mine de la Vieille Montagne. En poursuivant, vous arrivez en bas à la galerie Louise à gauche et à la Gueule à droite. Continuez jusqu’à un grand étang. Traversez prudemment la route qui relie Walhorn et Astenet à Hergenrath. Passez entre deux maisons puis après le virage, gravissez le vieux chemin de Limbourg. Un peu plus loin à droite se trouve la croix datant de 1723 qui commémore le décès à cet endroit de l’ancien bourgmestre de Verviers, Jacques PIRONS, qui se rendait pour affaires à Aix. Arrivé en haut, poursuivez à gauche dans le chemin du Roi. Ici, prenez à droite et empruntez le chemin creux qui mène à Astenet. Allez jusqu’au passage sous la ligne de chemin de fer, puis continuez en direction de Kirchbusch. Après de pont de l’autoroute, descendez à gauche, le long du tracé TGV jusqu’au grand et bel étang que vous pouvez contourner. Vous rencontrerez un couple d’oies, ÉRIC et ARLETTE. À la sortie à droite, vous arrivez aux sources du “GROETBACH”, un ancien lavoir où jaillissent des eaux pures et cristallines. Un peu plus loin, à droite, vous revenez au parking du départ.

7. Parcours mauve – 12 km – Parking école communale de Walhorn

Départ en direction d’Astenet. Devant le tracé du TGV, prenez le chemin à gauche jusqu’au tunnel que vous passez ; continuez jusqu’à la route de Walhorn puis la chapelle LINDCHEN. Poursuivez ici à gauche sur le WINWEG, une ancienne voie romaine. Empruntez ce chemin jusqu’au bout. Au carrefour, suivez le chemin à droite jusqu’à la rue. Prenez ici à gauche jusque Marzelheide et à la dernière maison, virez à droite, là où se trouve une croix mystérieuse de 1632 (en mémoire d’une personne assassinée ?).
Poursuivez votre route le long de la clôture et de la haie. Au prochain passage, allez à gauche (à droite une ancienne borne avec la lettre W pour Walhorn et L pour Lontzen) pour rejoindre le vieux chemin qui relie le château de Lontzen au hameau de Rabotrath. Gardez la droite jusqu’à la table d’orientation où vous découvrirez un paysage impressionnant et les hauteurs d’Henri-Chapelle à l’horizon. En descendant, longez une prairie calaminaire caractérisée par une flore extraordinaire. À la rue, à droite, la ferme KELMENBERG, puis après quelques mètres un petit pont qu’il faut franchir puis passez par divers tourniquets le long du FONTENESBACH où poussent beaucoup de pensées calaminaires. Impressionnant en période de floraison ! Pour franchir le ruisseau, empruntez un monolithe impressionnant. Au bout d’un pré et d’un taillis, vous arrivez au lieu POPPELSBERG où la VIEILLE MONTAGNE SA exploitait également un site minier. Au dernier tourniquet, au tunnel ferroviaire, allez à gauche jusqu’à la route qui relie Herbesthal et Lontzen et empruntez le chemin de Breberes jusqu’au hameau de Rabotrath. À hauteur de la Chapelle St-Quirin, le chemin à gauche mène à l’ancien château de CRAPOEL. Là, à droite, la route se poursuit par un tourniquet vers le pont sur l’autoroute et le tracé du TGV. Après le pont, prenez immédiatement à gauche. Après deux virages, vous tombez sur un chemin qui monte à droite. Restez à droite, contournez la grande carrière et, arrivés à un carrefour, vous voyez une croix à droite. Empruntez le chemin en face. À gauche devant le passage se trouve une autre croix en pierre. D’ici, par prairies et chemins, vous arriverez, en découvrant un joli paysage, à la ferme WALHORNER KREUZ. De là vous poursuivez le chemin de retour vers le village de Walhorn. Au carrefour, prenez à gauche pour retrouver le parking de l’école.

8. Circuit de 20 km “pensée calaminaire”

Ce circuit relie les plus importants de la Vieille Montagne, dont le siège se situe à La Calamine.
Il traverse des prairies, des chemins, des bois, des zones humides, et ci et là, des voiries. Il permet d’éviter les routes pour pouvoir profiter en paix de notre belle région.
Le tracé est marqué par la “pensée calaminaire” et se retrouve en grande partie sur la carte des chemins de promenade actuelle.
Les tronçons ‘Lindengraben’, ‘Neuhaus’ et ‘Fontenesbach’ sont nouveaux.

 

Téléchargements